Gender mainstreaming en Wallonie : patience, on y travaille !

empathy map - méthodologie AEI pour les TPE

Empathy Map – méthodologie AEI pour les TPE

Le Gouvernement wallon parcourt en ce moment le rapport intermédiaire sur l’avancement de l’intégration de la dimension de genre dans les politiques régionales (décret du 11 avril 2014), connu sous l’appellation de Plan Gender.

Là où les Anglo-Saxons, qui ont le sens de la formule, ont réussi à insuffler l’idée en deux mots, notre langue peine à la décliner !
Je suis retournée dans les archives du CWEHF pour trouver une définition honorable. La voici :
Le Gender Mainstreaming, c’est : « mettre en place une stratégie qui a pour ambition de renforcer l’égalité des femmes et des hommes dans la société, en tenant compte des différences socialement construites, notamment socioéconomiques, entre la situation des femmes et des hommes, ainsi que de leur impact potentiel dans tous les domaines et à chaque étape des processus politiques – élaboration de lois et mesures, mise en oeuvre (évaluation ex-ante), suivi et évaluation (évaluation ex post) ».

Un gros machin à remuer, certes. Bonne nouvelle : nos politiques s’y sont attelés et se sont montrés créatifs ! On nous annonce, pour le printemps 2016, l’évaluation du plan Genre déclinant les progrès réalisés depuis 2015 en vue d’atteindre les objectifs stratégiques fixés à chaque échelon de la politique régionale wallonne, en vue d’y instaurer le Gender Mainstreaming. Un cahier de mesures hyper détaillées donc, suivant la méthodologie spécifique en trois étapes du Gender Mainstreaming qui consiste à :

  • Comprendre : analyser la composition sexuée des groupes ciblés par les politiques et identifier les différences qui existent entre les situations respectives des hommes et des femmes (eg. : précarité des familles, accès au logement, maintien à domicile des personnes âgées ou handicapées, accès à l’entrepreneuriat, sensibilisation au numérique, mobilité…) ;
  • Evaluer : dans quelle mesure ces différences sont problématiques en termes d’égalité d’accès des femmes et des hommes à l’exercice de leurs droits fondamentaux (ensemble des droits découlant du respect de la dignité humaine, des libertés fondamentales, de l’égalité entre les personnes, de la solidarité, de la citoyenneté et de la justice) ;
  • Décider : établir des politiques qui tiennent compte des résultats de l’analyse de genre et évitent ou corrigent d’éventuelles inégalités.

Une équipe formée

A cet effet, une équipe pluridisciplinaire, le GIC (Groupe interdépartemental de coordination), s’est mise en place, en février 2015. Ses contributeurs proviennent d’horizons divers et particulièrement sensibilisés à cette problématique: représentants du Ministre ayant l’action sociale dans ses attributions (qui en assure la présidence) et de chaque Ministre concerné (politiques de l’économie, de l’emploi, des pouvoirs locaux, du logement…), de la DGo5 – DG Action sociale et santé, du CWEHF, de l’IWEPS, de l’Institut pour l’égalité des femmes et des hommes (IEFH).
Ce travail collaboratif nécessite une approche scientifique à laquelle l’équipe a souhaité se former davantage. Les membres du GIC ont eu l’occasion d’échanger lors de réunions réunissant l’ensemble des partenaires. Ils ont participé à une conférence Gender Budgeting organisée par la Ville de Bruxelles en octobre 2015. Les 18 décembre 2015 et 12 janvier 2016, ils ont été coachés par un opérateur spécialisé sur les aspects théoriques, mais aussi pratiques du Gender Mainstreaming visant à aider les participants à identifier et mettre sur papier les objectifs découlant de l’interprétation du Plan Gender.

Rétroactes :

  • 11 avril 2014 : le décret intégrant la dimension du genre dans l’ensemble des politiques régionales est voté ;
  • 16 décembre 2014: une réunion à l’initiative du Ministre de l’action sociale, Maxime Prévot, permet au CWEHF et au monde associatif de présenter les objectifs qu’ils jugent porioritaires en matière d’égalité homme-femme;
  • 13 février 2015 : le GIC, groupe de travail pluridisciplinaire, est installé en vue de monitorer le Plan Gender;
  • 26 février 2015 : le Gouvernement wallon s’engage à intégrer, d’ici 2019, la dimension de genre dans deux politiques au moins par Ministre compétent (voir infographie);
  • 6 mars 2015: Le Plan Genre et ses 16 politiques sont officiellement présentés au Parlement wallon ;
  • Février 2015 –février 2016 : plusieurs réunions du GIC ont lieu pour modéliser et rédiger les « fiches pratiques » (suivi des politiques dans chacun des ministères concernés) ;
  • 3 mars 2016 : Dépôt du rapport intermédiaire d’évaluation du Plan Gender, comportant une fiche pratique par politique visée, au Gouvernement wallon.

Des fiches hyper-détaillées

Voici un aperçu des fiches réalisées. La colonne de gauche retrace l’objectif stratégique concerné, la colonne de droite traduit celui-ci en langage « genre » :

Capture 11-03 part 1

 

 

Capture 11-03 part 2
Paul Magnette (PM): Ministre Président
Maxime Prévot (MP): Vice-Président et Ministre des Travaux publics, de la Santé, de l’Action sociale et du Patrimoine
Jean-Claude Marcourt (J-C M): Vice-Président et Ministre de l’Economie, de l’Industrie, de l’innovation et du Numérique
Paul Furlan (PF): Ministre des Pouvoirs locaux, de la Ville, du Logement et de l’Energie
Carlo Di Antonio (CDA): Ministre de l’Environnement, de l’Aménagement du Territoire, de la Mobilité, des Transports et du Bien-être animal
Eliane Tillieux (ET): Ministre de l’Emploi et de la Formation
Christophe Lacroix (CL): Ministre du Budget, de la Fonction publique et de la Simplification administrative
René Collin (RC): Ministre de l’Agriculture, de la Nature, de la Ruralité, du Tourisme et des Infrastructures sportives

Exercice pratique

Vous voulez un exercice pratique ? Prenons, à tout hasard, la sensibilisation à l’entrepreneuriat féminin. Envoyons-y la sauce « genre ». Cela donne :

  • Quel est l’objectif opérationnel?
    Sensibiliser à un accès égal à l’entrepreneuriat en vue d’augmenter la proportion d’entreprises dirigées par des femmes.
  • Quel est le groupe cible concerné?
    Le groupe des femmes susceptibles d’entreprendre en Wallonie. 30% des entrepreneurs en Wallonie sont des femmes. Parmi elles, 70% sont indépendantes, 20% ont créé leur entreprise et 10% ont adopté le statut d’aidant. On sait que la motivation à entreprendre des femmes est stimulée essentiellement par la volonté de pallier un emploi perdu ou absent (20%) ou par la détection d’une opportunité (80%) liée au désir d’être son propre patron, voire de réaliser un défi ou un rêve.
  • En quoi la situation des personnes concernées par cette politique diffère-t-elle entre les femmes et les hommes ?
    Il faut ici investiguer les freins ou obstacles spécifiques aux femmes aspirant à la création d’entreprise, ainsi que les contraintes qui caractérisent plus spécifiquement les femmes. Exemples de freins : l’aversion au risque, la difficulté de concilier vie professionnelle et vie familiale, le manque de confiance des interlocuteurs financiers…
    Exemples de contraintes : la conciliation vie-privée/vie professionnelle est davantage le fait des femmes qui consacrent plus de temps hebdomadaire que leurs homologues masculins aux tâches ménagères et à l’éducation des enfants (64h/semaine en moyenne pour les parents travailleurs femmes contre 56 heures/semaine pour les parents travailleurs hommes).
  • L’exercice des droits fondamentaux est-il affecté par ces différences entre hommes et femmes?
    Ici, on analyse le ressenti des femmes par rapport à ces obstacles et à ces freins. Celui-ci est amené à varier suivant la génération (X, Y…) et les époques (avant, pendant ou « après » la crise de 2008…)
  • Quels sont les aménagements déjà mis en œuvre pour favoriser l’accès égal à l’entrepreneuriat ?
    Différents appels à projets, des actions coordonnées par les opérateurs publics de l’animation économique (l’AEI, qui pilote l’intégration de la dimension « genre » dans la sensibilisation à l’entrepreneuriat) et les réseaux d’ambassadrices de l’entrepreneuriat, la production de statistiques et d’indicateurs relatifs à l’entrepreneuriat féminin, de nouveaux produits et services financiers…

A suivre !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s